En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.  En savoir plus et paramétrer les cookies

Fermer
pour "maladies infectieuses" | Recherche avancée

Résultats de votre recherche avancée dans "DOSSIER"

27fdc877d3461d6f1d2683967eee60e7
Vaccination : où en êtes-vous ?
Lire la suite Commenter

Résultats de votre recherche dans "Observatoire de la prévention"

La mise à jour de ses vaccins : une priorité santé !

La 8e semaine de la vaccination se tiendra du 22 au 26 avril. L’occasion de mettre à jour son carnet de vaccins avec l’aide d’un professionnel de la santé.

« Etre à jour dans ses vaccinations, c’est être protégé toute la vie ». La 8e semaine de la vaccination a fixé, comme priorité nationale cette année, la mise à jour des vaccins. En effet, selon le Baromètre Santé 2010 de l’INPES, 28% des français de 15 à 79 ans ne connaissent pas la nature de leur dernière vaccination et près d’un français sur cinq estime ne pas être à jour dans ses vaccins.

Un problème de santé publique puisque la vaccination est indispensable pour prévenir certaines maladies infectieuses comme le tétanos, la coqueluche, la rougeole ou la méningite. De surcroît, un vaccin protège les personnes vulnérables de l’entourage comme les nouveau-nés ou les femmes enceintes et les seniors.

Comment fonctionne un vaccin ? En introduisant dans le corps une forme inactive du microbe, celui-ci produit des défenses et des anticorps. Ainsi le corps est entraîné à éliminer le virus lorsqu’il se présente.

Alors ne tardez plus et mettez à jour vos vaccinations ! Avez-vous reçu les vaccins recommandés pour votre tranche d’âge ? Votre carnet de santé est-il correctement rempli ? Avez-vous effectué vos rappels dans les temps ?

Pour en savoir plus : www.inpes.sante.fr

 

Lire la suite Commenter

Garde d’enfants : un personnel bien formé c’est zéro accident !

L’INRS vient de publier un dépliant à destination du personnel de la petite enfance. Intitulé « Salarié(e)s en bonne santé, enfants bien gardés. Garde individuelle d’enfants de 0 à 6 ans”, il donne des conseils de prévention.

Parce-que 745 crèches familiales emploient 20 000 assistantes maternelles et que 103 600 parents employeurs emploient 125 000 gardes d’enfant, il est indispensable de prévenir les accidents du travail et les maladies professionnelles dans le secteur de la petite enfance.

C’est pourquoi l’INRS vient de publier un dépliant pédagogique pour sensibiliser à la prévention des accidents. A travers le déroulé d’une journée type de travail : du jeu au coucher en passant par les repas et les sorties de l’enfant et les risques associés, le dépliant donne des pistes et réflexes de prévention. Comment éviter les chutes, les brûlures ou prévenir les risques infectieux ?

Le document donne également des conseils pour sécuriser son lieu de vie et favoriser les échanges parents-professionnels de garde.


Pour consulter la brochure www.inrs.fr

Lire la suite Commenter

Elevage : un plan pour réduire les antiobiorésistances

Un plan national de réduction des risques d'antiobiorésistance en médecine vétérinaire présenté par la Direction Générale de l'Alimentation vise à réduire l'usage des antibiotiques de 25 % en cinq ans dans les élevages.

L'antibiorésistance constitue sans doute l'un des principaux défis médicaux du 21ème siècle. Si la pénicilline, découverte en 1928 et commercialisée en 1940, puis de nouvelles classes d'antibiotiques, ont contribué à lutter contre de nombreuses maladies infectieuses en médecine humaine, comme en médecine vétérinaire, certains antibiotiques semblent aujourd'hui moins efficaces. Un usage raisonné, voire une diminution de l'usage des antibiotiques permettrait de préserver de manière durable l'arsenal thérapeutique et de continuer à soigner les maladies infectieuses. L'antibiorésistance constitue en effet aujourd'hui une menace pour la santé des animaux et la santé publique.
Ce plan ambitieux est organisé en cinq axes, qui vont de la sensibilisation et de la diffusion des bonnes pratiques d'élevage au renforcement de l'encadrement de la prescription d'antibiotiques pour les animaux. L'utilisation de certains antibiotiques qui développent aujourd'hui de fortes résistances sera strictement conditionnée à la réalisation préalable d'un examen complémentaire. Enfin, les alternatives permettant d'éviter le recours aux antibiotiques (vaccins, diagnostics rapides, traitements alternatifs...) seront développés.

Pour en savoir plus :
http://agriculture.gouv.fr/Resistance-aux-antibiotiques

 

Lire la suite Commenter